Mise en évidence du baroréflexe.
Expérience menée sur le Rat. En vert, un ECG selon une dérivation DII; en bleu, la fréquence cardiaque; en rouge la pression artérielle. L'ajout de phényléphrine (agoniste alpha1-adrénergique) induit une vasoconstriction responsable d'une augmentation de la pression artérielle.
Cette augmentation de PA produit une stimulation des barorécepteurs dont la conséquence majeure est une diminution importante de la fréquence cardiaque. Dans cette situation pharmacologique et non physiologique (dose élevée), l'action vasoconstrictrice de la phényléphrine prime. La chute du travail cardiaque ne peut donc à elle seule permettre le retour à une valeur normale de la PA n'autorise cependant aucune régulation efficace.