Haut de Page

L'innervation touche tous les types cellulaires mais de façon différentielle selon le type d'innervation. Ainsi, il est admis que les nerfs vagues innervent peu les ventricules cardiaques.
Le fonctionnement de la cellule sinusale et du cardiomyocyte est modulé par des mécanismes communs (la phosphorylation des canaux LTCC par la PKA par exemple) ou spécifiques (la modulation des canaux HCN de la cellule sinusale via l'AMPc).

Les récepteurs muscariniques (M2) et adrénergiques (ß1 et alpha1) modulent les effets des neurotransmetteurs sur les cellules, souvent de façon opposée. En l'absence d'innervation vagale majeure sur les ventricules, la présence de récepteurs M2 est troublante. Des études récentes ont cependant démontré l'existence d'un mécanisme de production endogène de l'acétylcholine par le myocyte, permettant de résoudre cet apparent paradoxe (Kakinuma et al., 2009 FEBS Journal, 276, 5111-5125).

Cette synthèse doit vous aider à organiser vos connaissances. Pensez néanmoins à revoir les diapos qui décrivent en détail chacun de ces mécanismes.