Un potentiel d'action est spontanément émis par une cellule sinusale. La dépolarisation qui en résulte produit un transfert de charges local (courants électrotoniques) responsable de la dépolarisation de la portion de membrane voisine du site de dépolariation initial. En réponse à ces courants électrotoniques, des canaux voltage-dépendants (sodiques rapides..) s'ouvrent et permettent la dépolarisation sans perte d'amplitude de la membrane adjacente. Ainsi, de proche en proche, le potentiel d'action est transmis intégralement de cellule à cellule jusqu'aux cardiomyocytes. La vitesse de propagation des phénomènes ioniques est amplifiée dans le tissu conducteur par les connexons, véritables pores membranaires. Le potentiel d'action musculaire sera finalement responsable des phénomènes calciques intracellulaires sous-tendant la contraction musculaire.


 

Les connexons sont des pores formées par des protéines appelées "connexines". Les gènes codant pour ces connexines forment une famille multigénique dont un dendogramme est présenté ici.


 

Chaque connexine est exprimée dans une combinaison unique de tissus. On peut aussi dire que chaque type cellulaire exprime une combinaison unique de connexines, ce qui lui confère des propriétés singulières de perméabilité membranaire.